contact

NOS 165 COPRODUCTEURS : Jacinthe Hélène Josiane Lucie José Thibault Catherine Caroline Julien Jérôme Barbara Marie Mathis Sophie Elise Marie Michel Philippe Célia Hugues Hubert Talleen Mathilde Michèle Sigrid Marie Marie Joëlle Bruno Boris Mathilde Alice Mehdi Sophie Laurence Elisabeth Gilles Olivier Pierre-Olivier Capucine Magali Alexia Frédérick Simon Laeti Nicole Tristan Fanny Gérald Lise Anne Philippe Marie-Hélène Benjamin Nicole Maud Michele Laura Jean-Paul Thibault Veronica Mathias Lucky Aurélien Marie Sylvie Léa Nicole Rina Victoria Lucie Emile Tina Camille Eliane Manon Josiane Albert Loïc Leslie Cécile Julie Cyrille Damien Marie-Martine Claire Kevin Daniela Cati & Bruno Olivier Elodie Isabelle Damien Sébastien Aurelien Anne Marie-Thérèse Kevin Roxane Claire Marie Théo Fiora Lucie Pierre Hannah Mathieu Liliane Patricia Valentin Amandine Marine Henri-Pierre Marjorie Kenny Olivier Catlyne Signe Guillaume Romain Jerome Emile Corentin Lise Vincent Denis Sophie Cédric Olivier Emilie Thomas Coline Yohan Marie Dany Lucie Julie William Anne-Sophie Gautier Morgane Julien Jérôme Johanna Alexandre Camille Nicolas Emilienne Véronique Patrick Lucien

LES ARTICLES

Chacun de nos épisodes est une brève immersion dans le monde de l'un de nos témoins. Alors parfois, nous aimons prolonger ses moments, soit parce que nous pensons que des idées doivent être éclaircies ou approfondies, soit parce qu'elles nous emmènent un peu plus loin. Tous ces articles sont le fruit de ces rencontres si particulières.

 

CHINE : Réflexion autour de la médecine traditionnelle chinoise

01/26/2020

CHINE : Réflexion autour de la médecine traditionnelle chinoise

Alternative et en vogue des deux côtés de l’Atlantique, la « MTC » de son petit nom est omniprésente en Chine et dans toute son aire d’influence sud-asiatique et jusqu’au Japon. Parce que son ombre discrète nous a suivi dans chacune de nos rencontres filmées, mais aussi au cours de dîner ou simplement au détour de véritables boutiques d’apothicaire vendant plantes, poudres et autres (in)vertébrés desséchés, on a voulu revenir un peu sur cette approche du soin et du bien-être ô combien éloignée de la nôtre.


La MTC est antique, plus vieille que Jésus Christ. C’est une approche résolument globale du corps et de l’esprit, qui ne se dissocie pas d’une philosophie (chinoise donc) et de croyances spirituelles (en particulier le taoïsme). C’est déjà mal engagé pour se hisser au rang de sciences de notre côté du monde. A priori qui dit « médecine » entend non loin de là « maladie », et pour les praticiens de la MTC un « mal » qu’il soit d’ordre physique, psychique ou émotionnel prend sa source dans un déséquilibre ou une disharmonie qui peut se manifester tout aussi bien sur un, deux ou ces trois tableaux.

Le déséquilibre c’est celui du Yin et du Yang, ces deux faces d’une même réalité à la fois opposées et complémentaires. Le froid, la nuit, la femme, l’eau sont yin. La chaleur, le jour, l’homme, le feu sont yang. Une succession équilibrée de yin et de yang donne un bon résultat et donc en médecine chinoise, un corps et un esprit en bonne santé. A l’image du jour qui succède à la nuit qui succède au jour qui succède à la nuit, le yin et le yang ne sont qu’une suite de phénomène qui doivent s’équilibrer pour garder un esprit sain dans un corps sain. Être en bonne santé ne suffit pas il faut « cultiver » sa bonne santé, veiller chaque jour à l’équilibre du Y/Y. Et c’est sûrement la grande différence entre nos deux médecines : l’occidentale classique excelle à nous diagnostiquer et soigner nos maladies alors que la traditionnelle chinoise excelle à nous expliquer comment rester en bonne santé.

La bonne santé c’est avant tout un « Qi » (prononcé tchi) fort et qui circule bien dans le corps. 4ème dimension bonjour ! Le Qi, ça n’existe pas chez nous. On pourrait le traduire par « énergie vitale », « force de vie », « souffle ». Aucun de ces concepts n’est correct, aucune de ces traductions n’est exacte en si peu de mot mais en voilà déjà une première idée. Le Qi est présent dans tout ce qui vit, de l’univers à la bactérie en passant par l’homme. Le qi circule dans le corps et les organes par les méridiens et peut être entretenue par la pratique du Qi gong, une forme de méditation en mouvement issue du taoïsme, croyance fondamentale de la philosophie chinoise. Les petites aiguilles de l’acuponcteur n’ont ainsi pas d’autre but que de favoriser la bonne circulation du Qi dans le corps en venant chatouiller vos méridiens. Le Qi peut être affaibli (ou dispersé) ou renforcé (tonifié) par différents facteurs internes (méditation) ou externes (alimentation) et il peut être ressenti et même controlé par la pratique du Qi Gong. La thérapie par la méditation fleurit à profusion de notre côté occidental du monde, il nous suffit donc d’élargir un peu plus nos Horizons pour repousser les sirènes de l’ésotérisme dans leur profondeur et donner une chance à cette vision du soin intégrale et millénaire. Esprits, restons ouverts.


Ce qui nous a surtout marqué, c’est qu’au quotidien, les Chinois mais aussi les Mongols ou Vietnamiens ont tous quelques notions de MTC mais plutôt côté cuisine. La notion d’aliment chaud et froid, de nature du corps plutôt chaude ou froide nous a beaucoup intrigué et amusé: « mais si tu manges des tomates cuites est ce qu’elles sont toujours froides ? ». La notion de chaud et froid, plus liée à un effet attendu sur un corps qu’à une température, mais aussi les saveurs (amère, piquante, sucrée,...) et la couleur des aliments sont savamment combinées, recherchées ou évitées pour favoriser un maintien ou un retour à l’équilibre du yin et du yang. Des centaines d’aliments, des milliers de plat possible pour fumer sa pipe le plus longtemps possible. Ok et on fait comment pour retenir tout ça ? Pas de souci le cycle des saisons est clément pour nos mémoires de poisson rouge : les fruits d’été auront probablement des propriétés rafraîchissantes (ainsi ds pêches) tandis que ceux d’hiver en auront des réchauffantes (le chou, la carotte). Ce n’est pas une règle absolue mais elle a le mérite encore une fois de nous inviter à suivre le cycle de la nature pour nous nourrir plutôt que de nous en affranchir par la chimie et les porte-containers.


Faire attention à son alimentation, pratiquer un exercice physique approprié (Qi gong, massage) pour stimuler la circulation du Qi. En somme du bon sens élémentaire de comptoir me dirait vous. Pour autant l’approche résolument individualisée plutôt que statistique, l’absence quasi totale de notion d’anatomie dans les manuels et l’unité corps-emotions-esprit font de la MTC une approche du soin radicalement différente de la notre. Infiniment complexe et multiple car unifiée tardivement, la médecine chinoise nous offre un autre rapport à notre corps et au souci de la santé. On dit d’elle qu’elle offre des complémentarités intéressantes avec les actes de soin pratiqués classiquement en France. Rappelons-nous toutefois que pendant des siècles et pour une part conséquente de la population mondiale elle a été bien plus que cela (et le reste encore aujourd’hui !).

 

C’est ironiquement dans ses dérives que nous voyons nos deux médecines se rejoindre: la pharmacopée ! Prescription et consommation excessive d’un côté, ingrédient douteux et alimentant le braconnage de l’autre, souvenons-nous de garder un esprit ouvert mais critique et que, quand il s’agit de notre santé, la confiance totale n’est pas de mise. Nous restons chacun souverain et responsable de notre corps, de notre esprit et de leur bon fonctionnement général. Tachons d’en faire bon usage !

INSTANT POESIE : "le monde dans nos tasses" MONGOLIE : Tsaatan, Taïga et Nomadisme